Comment arrondir ses fins de mois quand on est fonctionnaire ?

Lorsque la fin du mois arrive, nous regrettons souvent de ne pas avoir assez d’argent pour nous offrir tout ce que nous voulons. Il suffit cependant de recourir à la planification et de donner une tournure à la gestion de nos revenus. De cette façon, nous pouvons avoir de l’argent supplémentaire à mettre de côté pour le cas où nous en aurions besoin à l’avenir. Voici 10 conseils à intégrer dans votre vie quotidienne de fonctionnaire :

Investir ses économies en bourse

Il est vrai qu’il existe des personnes qui doivent subvenir aux besoins d’une famille et dont les revenus sont si serrés que ce n’est qu’en économisant beaucoup et en faisant une gestion très planifiée de leur argent qu’elles parviennent à terminer le mois sans rien devoir à personne.

Mais dans de nombreux cas, cette situation se produit chez des personnes qui ne font aucune planification financière. S’ils gagnaient deux fois plus d’argent, ils ne parviendraient toujours pas à joindre les deux bouts, car ils trouveraient de nouveaux endroits pour dépenser cet excédent. Et même dans bon nombre de ces cas, s’ils voyaient leur salaire réduit, ils réduiraient aussi inconsciemment leurs dépenses jusqu’à ce que les revenus et les dépenses soient à nouveau équilibrés. Le fait est que, quoi qu’il arrive à leurs revenus, ils n’épargnent jamais rien.

Cependant, en investissant vos économies dans la bourse grâce au swing trading, vous pouvez gagner des centaines d’euros tous les mois. C’est notamment ce que j’explique dans ma formation complète que vous pouvez retrouver en cliquant ici.

Calculer un budget

Un bon moyen de savoir dans quel état sont les finances et comment les gérer consiste à calculer la moyenne des dépenses fixes ainsi que des revenus. Le résultat donnera un bon aperçu de l’argent disponible et vous pourrez planifier avec prévoyance la manière de l’utiliser.

Optimiser la liste des courses

Agir lors de notre visite au supermarché peut signifier une réduction des dépenses. La première étape est de se lancer, de concevoir un menu hebdomadaire et de dresser une liste de courses en fonction de ses besoins. Cela permet d’éviter l’improvisation ou l’imitation d’autres acheteurs. Dans ce sens, il est également conseillé d’acquérir de bonnes habitudes alimentaires, en achetant des fruits et légumes de saison, et en réduisant la consommation de viande et d’aliments précuits, qui augmentent le prix du panier de 30%. Un chiffre similaire à celui que, selon Tiendeo.com, nous parvenons à économiser si nous choisissons l’alimentation en marque blanche. Enfin, les promotions dans les supermarchés, telles que le deux pour le prix d’un, les remises par date d’expiration ou les offres spéciales peuvent contribuer à optimiser les finances.

Comparer les prix

Avant d’acheter, il est important d’utiliser les outils dont nous disposons et d’examiner les articles et les services sur différents portails en ligne, mais aussi dans des magasins ou des supermarchés. La meilleure option peut permettre d’économiser 50 % sur certains produits, soit, ce qui revient au même, plus de 1 000 euros par an pour une famille, selon une étude de l’Organisation des consommateurs et des usagers (OCU).

Comment arrondir ses fins de mois quand on est fonctionnaire ?

Achetez juste ce qui est nécessaire

Sommes-nous sûrs que tout ce que nous achetons est nécessaire ? C’est une bonne question à se poser et avec laquelle on se tourne vers des mentalités plus pratiques, dans lesquelles on laisse de côté la consommation excessive. Comme l’expliquent les études, seuls 45 % de nos achats sont nécessaires ; le reste est dû à la publicité, aux techniques de vente et à notre perception d’un produit bon marché. Tout peut donc être très coûteux s’il tombe immédiatement en désuétude.

Pas de gaspillage

Dans le même ordre d’idées que le point précédent, et en faisant appel à la responsabilité et à la conscience environnementale, il est important d’utiliser tous les aliments que nous achetons. Nous gaspillons en moyenne 18% de ce que nous achetons, soit plus de 250 euros par an. Il est nécessaire de laisser les restes de nourriture à la première vue du réfrigérateur pour ne pas oublier d’en profiter.

Le marché de l’occasion

Mais les mesures durables ne s’arrêtent pas là. Dans l’optique d’éviter le gaspillage et de ne pas acheter ce dont nous n’avons pas besoin, il existe également la possibilité d’acheter des objets d’occasion, soit dans des marchés aux puces, soit dans des applications telles que Wallapop. Dans le même ordre d’idées, la vente de ce que nous n’utilisons plus peut nous procurer des revenus supplémentaires, puisque chaque année nous jetons au moins 10 produits que nous aurions pu vendre, générant ainsi un bénéfice pouvant atteindre 600 euros.

Efficacité énergétique

Dans notre enfance, nos parents ont sûrement fait l’effort de nous inculquer la nécessité d’éteindre les lumières afin d’économiser et d’être plus efficace. Par exemple, selon une étude de l’Agence internationale de l’énergie, le fait de ne pas éteindre tous les appareils électriques ou de ne pas les débrancher entraîne une dépense de 10 % sur notre facture. Ce petit geste peut se traduire par plus de 50 euros par an. D’autre part, l’utilisation de dispositifs LED et d’ampoules à économie d’énergie peut également contribuer à réduire la consommation ; et en termes de consommation d’eau, des citernes à double chargement et des diffuseurs d’eau sur les robinets.

Une nouvelle relation avec la voiture

Ne pas avoir de voiture est le meilleur moyen d’économiser sur le stationnement, l’essence et l’entretien quand vous allez au travail. En outre, il existe de nouveaux moyens de ne pas avoir sa propre voiture mais d’avoir ces dépenses comme avec les “autoroutes”. Mais au cas où vous en auriez besoin, le coût de l’entretien peut être réduit si vous effectuez des révisions préventives, au moins, sur une base annuelle et ne sautez pas les interventions recommandées par les fabricants. En maîtrisant l’entretien de votre voiture, vous pouvez éviter de dépenser 85 euros par mois en entretien, ce qui représente environ 1 000 euros par an. En outre, de nouvelles formes de mobilité apparaissent, comme le covoiturage, qui permet non seulement de réduire l’empreinte écologique de la voiture, mais aussi de réduire l’empreinte écologique du véhicule.